Fédération Française de Neurologie
Espace Neurologue

Connexion

Authentification

Infection du système nerveux

Qu’est-ce qu’une infection du système nerveux ?

Il existe de nombreuses sortes d’infections du système nerveux en fonction du germe et du type d’atteinte.
Parmi les plus fréquentes : le zona, les méningites, la maladie de Lyme, les abcès du cerveau, les complications neurologiques des immunodépressions, la tuberculose du système nerveux, la neurosyphilis, l’infection par le VIH, etc.

Les infections les plus graves sont heureusement moins fréquentes. Ce sont entre autres les encéphalites, dont fait partie la rage, le tétanos, les encéphalopathies spongiformes comme la maladie de Creutzfeldt-Jakob qui est toujours mortelle.

Les pathologies infectieuses d’importation liées aux voyages ne sont pas rares comme le neuropaludisme ou d’autres parasitoses dont le diagnostic demande une bonne connaissance des épidémiologies régionales et des expressions variées de maladies inhabituelles sous nos climats.

Les neurologues participent à la veille sanitaire à l’affût des risques d’infections émergentes (encéphalites West Nile, Chikungunya, par exemple) et des risques épidémiques comme la listériose neuroméningée et la méningite à méningocoque.

Toutes les composantes du système nerveux peuvent être touchées par une maladie infectieuse : nerfs des membres ou de la tête, moelle épinière, encéphale, cervelet et tronc cérébral, vaisseaux et méninges. Certains agents infectieux touchent plus spécifiquement les nerfs périphériques comme par exemple le zona, très fréquent, ou le bacille de Hansen, agent de la lèpre. De même le virus de la varicelle pour le cervelet, ou le virus herpès simplex pour l’encéphale. Les méningites bactériennes sont le plus souvent dues au méningocoque chez l’enfant et l’adulte jeune, ou au pneumocoque chez le sujet plus âgé ou alcoolique. Les méningites virales, souvent épidémiques, sont dues dans 90% des cas aux entérovirus (virus commun du tube digestif) et restent bénignes. Des atteintes parasitaires ou fungiques (champignons) sont aussi possibles mais touchent surtout les habitants des pays tropicaux ou les sujets immunodéprimés.

Comment se manifeste une infection du système nerveux ?

Les manifestations associent de manière extrêmement variée et plus ou moins affirmée des symptômes et signes infectieux (fièvre, frissons, altération de l’état général) et des symptômes et signes neurologiques localisés (paralysies par exemple) ou diffus (trouble de conscience, céphalées, crises épileptiques). Une méningite à méningocoque se manifeste par une septicémie suraiguë potentiellement mortelle alors qu’un zona intercostal entraîne des démangeaisons et douleurs et une éruption localisées sans syndrome infectieux général. Il faut savoir que toutes les maladies infectieuses peuvent avoir une présentation atypique, inhabituelle, trompeuse, et justifier de nombreuses explorations avant de pouvoir en assurer le diagnostic et permettre la mise en route d’un traitement adapté.

Comment fait-on le diagnostic ?

Les méthodes utilisées pour faire le diagnostic d'une infection du système nerveux sont nombreuses. Elles comportent principalement la recherche de l’agent infectieux responsable par l’étude bactériologique du liquide céphalorachidien (LCR).

Celle-ci nécessite de pratiquer une ponction lombaire. La réponse immunologique spécifique de l’infection est analysée par des prises de sang orientées (sérologies). Compte tenu de la diversité des agents infectieux possibles les recherches sont orientées par l'interrogatoire pour reconstituer les situations récentes à risque de contamination bactérienne, virale, ou autre, par l'analyse des antécédents personnels (faiblesse des défenses immunitaires ?) et par les manifestations cliniques neurologiques ou générales. Des examens particuliers sont parfois nécessaires comme la ponction-biopsie d’un abcès, des dosages de protéines du LCR en cas de suspicion de maladie de Creutzfeldt-Jakob, ou des prélèvements d’autres sites potentiellement infectés (sinus, oreille moyenne, peau, ganglions, bronches, etc.). Une collaboration étroite du neurologue avec les microbiologistes est indispensable au succès de la mise en évidence de l’agent infectieux en cause.

Quelle est la prise en charge ?

La prise en charge d’une infection du système nerveux dépend du type et de la gravité de l’infection. Une méningite bactérienne est une urgence diagnostique et thérapeutique. Le traitement repose sur les antibiotiques adaptés au germe.

Une infection virale herpétique ou le zona justifient un traitement antiviral spécifique. De même une tuberculose, une maladie de Lyme, une neurosyphilis justifient des schémas thérapeutiques particuliers. Le succès du traitement doit être vérifié, ce qui nécessite une surveillance rapprochée et souvent des examens complémentaires de contrôle. La collaboration du neurologue avec les autres disciplines concernées, notamment l’infectiologie, est souvent nécessaire au choix et à la bonne conduite du traitement.

Les symptômes associés imposent souvent une prise en charge particulière, notamment les crises épileptiques et les troubles de conscience qui peuvent imposer une hospitalisation en milieu de réanimation.


Fédération Française de Neurologie